fbpx
Growth hacking guillaume girod

Le Growth hacking

6 mai 2019 by Guillaume Webmarketing Commentaires fermés sur Le Growth hacking

Le Growth hacking : C’est quoi ?


De manière étymologique le terme anglophone « growth hacking » peut être traduit en français par hacker la croissance, augmenter la croissance, ou encore démultiplier la croissance. Il est notamment souvent utilisé dans une stratégie de référencement naturel.

Généralement on y fait référence pour parler de chiffres d’affaires, d’évolution, de raccourci, ou de méthode peu connue mais drastiquement efficace servant à l’acquisition de nouveaux clients et à la conversion de prospects à clients.

 

Le growth hacking est pour moi et pour beaucoup d’autres avant tout une vision, une mentalité. On parle souvent de « mentalité de growth hacker« , car c’est une chose qu’il est possible d’acquérir au fil du temps, qui revient à force comme un automatisme.

Personnellement, lorsque je me balade quelque part ou que je navigue sur le web, je repère naturellement et instinctivement des growth hack et je m’en amuse beaucoup. Parfois il m’arrive même d’en trouver presque bêtement et simplement en associant simplement différentes données (business model, environnement, structure, communication, actualités etc…) tellement ils sont évidents.

Pour résumer, je dirais à mon sens que le growth hacking regroupe l’ensemble des techniques, subterfuges, hack (d’ou le terme « hacking ») coupler à une vision et une mentalité, destiné à augmenter la croissance, tirer des raccourcis là ou il n’y en a pas pour permettre à une entreprise (start-up) de croître de manière exponentielle.

Le Growth hacking pour votre entreprise


Lorsqu’on est chef d’entreprise, chef de projet ou au démarrage d’une activité start-up, on est constamment à la recherche de la petite pépite qui nous permettra de franchir ce fameux plafond de verre et d’accélérer la croissance de son business.

C’est en cela que un growth hacker pourra intervenir pour vous aider à franchir ces palliers.

Mais comment reconnaître un bon growth hacker, lorsque la définition elle-même est floue parmi les pratiquants ?

C’est là une question où je n’ai malheureusement pas encore trouvé la réponse…

Dans l’univers de l’entreprise le growth hacking est quelque chose de très difficile à définir autant qu’il fascine.

Je suis d’avis que chaque personne a sa vision du growth hacking, et que la qualité d’un growth hacker peut se mesurer entre autres à sa capacité à voir les choses d’un point de vue immersif et externe, de prendre en compte et mettre en liaison tous les paramètres à sa disposition.

 

Exemple de growth hack : HOTMAIL

On connait tous le système de messagerie Hotmail, pour beaucoup c’est même la première adresse mail que nous avons eu.

Et bien sachez que si Hotmail a explosé pour devenir le leader mondial d’envoi de mail, c’est beaucoup grâce à un growth hack que l’on va développer ici.

L’histoire

Créé en 1996, Jack Smith et Sabeer Bhatia les créateurs d’Hotmail décident de lancer un service de courriel disponible partout dans le monde grâce à internet.

Pour la petite histoire il choisissent d’appeler ce service HOTMAIL, en référence au langage HTML qui est encore actuellement le langage primaire pour le développement web.

Avant de connaître le succès qui lui est connu, Hotmail a eu du mal à convaincre les potentiels investisseurs. Se finançant principalement grâce à la publicité (pas étonnant étant donné leur objectif de trafic). Ils décident de se constituer une base de données impressionnante grâce aux questionnaires imposés aux utilisateurs (genre, âge, catégorie socio-professionnelle CSP etc..) Ce sont un peu les débuts du « BIG DATA ».

Ils obtiennent un financement à hauteur de 300 000 dollars d’une société se nommant « Draper Fisher Ventures ».

Malheureusement leur croissance stagne ou croît trop lentement, leur stratégie marketing trop classique (publicités radiophoniques, panneaux publicitaires) rien qui ne se démarquait concrètement.

Le coup de génie

C’est alors que l’investisseur Timothy Draper a une idée qui deviendra alors l’un des growth hack les plus connus du web.

Rajoutez à la fin de chaque e-mail la phrase « PS : I love you. Get your free email at Hotmail. »

Et quel coup de génie, en très peu de temps les résultats commencent à apparaître, une croissance exponentielle à plus de 3000 nouveaux inscrits par jour. Après 6 mois, ils atteignent leur premier million d’inscrit sur Hotmail, 1 mois après plus de 2 millions d’inscrits.

L’histoire aime bien dire que Sabeer Bhatia a envoyé un mail à un de ses amis en Inde, 3 semaines plus tard 300 000 personnes étaient inscrits en Inde.

L’Apogée

Le temps passe, et 1 an et demi plus tard Hotmail comptabilise plus de 12 millions d’inscrits sur les 70 millions d’utilisateurs internet de l’époque. Force est de constater la puissance et la croissance Microsoft signe un contrat à 400 millions de dollars.

En conclusion 

Comme je vous le disais plus haut la capacité d’analyse et de compréhension des paramètres est primordiale pour un growth hacker. C’est exactement ce qu’a fait Timothy Draper en constatant que 80% des nouvelles inscriptions provenaient de recommandation, son growth hack lui est donc venu naturellement et a été parfaitement appliqué. 

Son growth hack vous paraît simple et ridicule pour d’aussi gros résultats ? C’est souvent ce que l’on se dit lorsqu’on a affaire à un growth hacker, une fois que vous avez l’astuce sous les yeux, il est courant de se dire « Mais ça coule de source, pourquoi j’y ai pas pensé avant ». Encore une qualité du growth hacker de pouvoir mettre en lien sa vision immersive et externe à l’entreprise.

Mentions légales